Entreprise française
Devenez
magnétothérapeute !

La cruralgie

La cruralgie se traduit par une douleur sur la partie antérieure de la cuisse et peut se prolonger sur une grande partie de la jambe.

Cette douleur a souvent pour origine la compression des racines nerveuses qui donnent naissance au nerf crural.

Celui-ci est également appelé nerf fémoral.

On peut aussi l’appeler névralgie crurale ou bien sciatique du devant.

La cruralgie et la sciatique ont souvent les mêmes origines.

Si nous devions interpréter une différence entre les deux, il faut localiser les racines atteintes et le site douloureux.

Le nerf crural est formé de 2 racines.

La première racine prend son départ au niveau de la colonne vertébrale entre la 3éme et la 4éme vertèbre lombaire et la seconde entre la 4éme et la 5éme vertèbre lombaire.

La cruralgie atteint plus généralement les personnes qui ont 50 ans et plus.

Quelles sont les causes d'une cruralgie ?

Les causes d’une cruralgie peuvent être multiples. Les cas les plus répandus se traduisent par une compression de la racine du nerf qui découle d’une hernie discale.

C’est la compression d’une racine nerveuse par un disque vertébral unissant deux vertèbres sus et sous-jacentes au lieu de l’arthrose vertébrale un canal lombaire rétréci et une compression des racines nerveuses peut faire apparaître des syndromes dégénératifs sur la colonne vertébrale. Nous citerons la spondylolisthésis, scoliose et tumeur.

La scoliose peut aussi avoir des causes médicales.

Des causes non mécaniques comme particulièrement le diabète ou bien une compression du nerf au niveau de la cuisse et aussi de la colonne vertébrale.

Il est recommandé pour un patient atteint d’une cruralgie de consulter un deuxième spécialiste, celui-ci est tout à fait conseillé dans le cadre d’une cruralgie compliquée dans la mesure où cette maladie peut s’avérer partiellement invalidante et avoir une cause très impactante sur la vie sociale et professionnelle du patient.

Cet état peut aussi avoir un impact très important sur le plan moral.

Durée d’une cruralgie

La douleur perméante est une épreuve majeure pour celui qui vit et souvent elle est mal comprise par l’entourage.

Le temps que met la douleur à disparaître est parfois impossible à prévoir.

Bien entendu cette incertitude est particulièrement difficile à supporter.

Fort d’un tel constat un deuxième diagnostic permettra d’apporter un nouvel éclairage très utile pour le patient.

Celui-ci permettra d’adapter avec plus de certitude le traitement à envisager ainsi que les comportements qu’il faudra adopter pour éviter les récidives.

Mieux informer le patient pour le faire participer au mieux à l’élaboration et à l’acceptation d’une stratégie thérapeutique adoptée à sa situation.

Quelle sont les questions posées le plus fréquemment ?

  • Quelle peut-être l’origine de ma cruralgie ?
  • La douleur qui l’accompagne est-elle une fatalité ?
  • Quels sont les moyens quels sont les moyens adaptés (médicaux ou autres) ?
  • Comment venir à bout de la douleur ?
  • En cas de crise quels sont les moyens les plus efficaces ?
  • L’emploi d’une ceinture lombaire peut-elle avoir un effet bénéfique ?
  • Comment éviter les récidives ?
  • Dois-je modifier mon mode de vie ?
  • Mon activité professionnelle peut-elle être responsable ?
  • Dois-je me soumettre au repos ou bien me battre pour muscler mon dos ?
  • Le sport peut-il être pratiqué ?
  • Dois-je adapter mon mode de vie alimentaire ?
  • Dois-je passer par l’opération ?
  • Quels sont les risques d’une intervention chirurgicale ?
  • Quelles techniques chirurgicales ?
  • Quelle peuvent être les suites d’une intervention ?
  • Quels sont les spécialistes de la cruralgie ?

Les médecins référents Cruralgie

Le rhumatologue est le spécialiste des maladies de l’appareil locomoteur. Il est en mesure d’émettre le diagnostic et propose le plus souvent le traitement de première intention.

Le médecin de réadaptation fonctionnelle aide le patient à mettre en place des techniques pour lutter contre la douleur et ainsi retrouver les amplitudes articulaires pour lui permettre d’améliorer sa qualité de vie.

Le chirurgien orthopédique peut être amené à envisager l’opération du patient en cas de circonstances alarmantes ou dans certaines indications particulières de cruralgie rebelle aux traitements proposés.

Quels sont les symptômes d’une cruralgie ?

La douleur de la face antérieure de la cuisse traduit bien les symptômes d’une cruralgie. Certaines de ses caractéristiques peuvent orienter vers une étiologie.

Un exemple lié à une hernie discale traduit souvent une cruralgie.

La douleur va croissante en cas de toux, d'éternuements, de défécation et d’efforts physiques. Des décharges électriques sont la conséquence des douleurs. Le patient peut ressentir des fourmillements. Dans le territoire du nerf crural, il peut parfois se sentir anesthésié.

Il existe des signes d’alarme à identifier qui imposent très souvent un traitement chirurgical urgent.

Ces signes se traduisent par un déficit moteur du membre inférieur concerné et entraînant une faiblesse du genou en position debout ou bien lors d’une marche par exemple. On peut aussi engendrer un syndrome de compression de la queue de cheval (la partie de la moelle épinière constituée des dernières racines lombaires).

Cette situation se traduit par des troubles sphinctériens avec incontinence et anesthésie du périnée.

Comment diagnostiquer une cruralgie ?

Lors d’une consultation, il est nécessaire de procéder à un interrogatoire et aussi à un scanner clinique.

Le médecin sera peut-être appelé à proposer des examens complémentaires afin de déterminer les origines de cette cruralgie.

Le spécialiste aura recours à des tests d’imagerie médicale (radiographie, scanner ou bien IRM du rachis lombaire) mais en plus sur le dépistage du diabète qui jusqu’à-là était inconnu. Pour bien appréhender cette douleur de la cuisse il faut éliminer une douleur de la hanche qui peut masquer en mimant la cruralgie.

Cruralgie Traitement

Le choix du traitement d’une cruralgie dépend :

  • De la cause de la cruralgie
  • D’éventuelles pathologies associées.
  • De l’intensité de la douleur.
  • De l’impact sur la vie du patient.
  • De l’âge du patient, de ses antécédents familiaux et médicaux.
  • De son état de santé en général.

Dans un premier temps le monde médical interviendra sur les conséquences de la cause avec un traitement médicamenteux, à base de paracétamol, d’anti inflammatoire non stéroïdien et de décontractants musculaires.

Dans certains cas, les antalgiques à base de morphine sont proposés.

Quand la douleur persiste, ces traitements peuvent être complétés par l’utilisation de corticoïdes ou d’autres molécules.

Des séances de kinésithérapie sont souvent prescrites.

Il est constaté que ceux qui travaillent avec des appareils de CMP obtiennent des résultats meilleurs permettant d’assouplir le rachis, puis de remuscler le dos.

Il est pour autant nécessaire de lutter contre le surpoids et l’équilibration du diabète.

DEMANDEZ VOTRE SÉANCE OFFERTE !

Remplissez le formulaire ci-dessous,
notre conseiller vous recontactera pour votre ESSAI GRATUIT et SANS ENGAGEMENT.

Cellules Energie Vitale

une entreprise française !

Traitement arthrose CEV

Témoignages CEV Client

TÉMOIGNAGES

>> Voir tous les témoignages

Mr P.B., 68 ans - Pontrieux (22)

« Voici maintenant bientôt 3 ans que j'utilise mon générateur de champs magnétiques pulsés. Je profite de cette occasion pour vous dire tous les bienfaits qu'il me procure... Lire la suite

Bénéficiez de 6 mois de suivi personnalisé

Appareils certifiés CE

Reconnu par les professionnels de la santé
depuis 2002

Une assistance
réactive et à l’écoute